01.74.54.61.96 contact@innoprag.com

Photo on Unsplash

Dans de nombreuses organisations, peu d’outils sont mis en place pour tirer profit de l’intelligence collective. Au contraire, la pensée « balistique » est omniprésente : le manager qui anime une réunion va « tirer à boulets » sur toutes les propositions qui ne vont pas dans le sens de ses propres intérêts.

Nous sommes bien loin d’une attitude collaborative.

Il ne suffit pas de compter sur l’auto-organisation et de favoriser une bonne ambiance de travail pour développer l’intelligence collective en entreprise. Mobiliser l’intelligence collective s’avère une énergie réellement capable d’ouvrir des horizons inexplorés pour imaginer « d’autres possibles ».

Vous avez une problématique, le groupe apporte la solution !

Prenons l’exemple de l’Atelier de l’Intelligence Appliquée utilisé à Montréal par nos Experts, il s’agit d’une activité en ligne utilisant de nouveaux outils qui facilitent une démarche très humaine d’apprentissage en s’appuyant sur les intelligences multiples des participants et de celles émanant du groupe entier. L’exercice permet de résoudre des problèmes et d’augmenter la performance avec l’aide de l’intelligence collective, sans barrières géographiques.

Le numérique propose une nouvelle intimité à dimension humaine en faisant fi de la localisation des participants, on parle alors de « mobiquité ». Pour qu’un groupe d’individus puisse agréger l’intelligence de ses membres, il faut mettre en place un contexte favorable.

Après avoir formé l’équipe à l’utilisation de la plateforme virtuelle(tableaux blancs, outils de facilitation), l’intelligence collective se matérialise par le partage etl’appropriation des connaissances partagées et acquises par chacun des participants avec une communication directe où chacun s’exprime librement sur le sujet étudié par le groupe. Chaque membre valorise son point de vue pour enrichir et valider la vision commune que souhaite atteindre le groupe.

L’intelligence collective repose également sur le concept de la mémoire transactive. Ce concept se base sur l’idée qu’au sein du groupe les différents participants prennent leurs collègues comme « mémoire externe » empruntant leurs compétences et leurs capacités dans tel ou tel domaine. De cette manière, il n’est pas nécessaire de connaître toutes les informations directement rattachées au sujet mais principalement celles qui touchent à nos compétences personnelles. Cette mémoire des domaines de connaissance des autres participants permet de savoir à qui s’adresser.

Bref le plus important est peut-être de savoir ce que savent les autres pour accélérer le processus d’intelligence collective !

Photo on Unsplash

Enfin, il faut privilégier la diversité du groupe, notamment la culture, la pyramide des âges, la parité homme-femme, les aptitudes cognitives, le statut professionnel. Les équipes de travail hétérogènes sont donc par essence très innovatrices puisqu’elles concentrent les nombreux et différents points de vue des membres. Pour constituer un groupe, une attention particulière devra être portée à la complémentarité des participants.

Cette mobilisation des intelligences et des volontés n’est possible qu’en réformant nos schémas mentaux, nos circuits de décision et l’organisation en silo et pyramidale de la plupart des entreprises.

L’intelligence collective apporte du sens et de l’adhésion aux problèmes complexes et évolutifs auxquels sont confrontés les organisations.

Joël Muzard, Jean-Claude Plourde, Experts en Knowledge Management de la plateforme MySherpa.io.

INNOPRAG,
Cabinet, digitale génération.

 

Suivez-nous